Catégories
Revue de presse

L’Affaire de Blanchet et de Perron

Louis Plamondon et Yves Perron étaient présents en septembre dernier lors de l’investiture bloquiste dans la circonscription de Trois-Rivières.
– FRANÇOIS GERVAISa

NICOLET — Louis Plamondon est formel. Le succès électoral du Bloc québécois est attribuable à la qualité du chef Yves-François Blanchet, mais aussi au travail du président du parti, Yves Perron.

L’expérimenté politicien en a vu passer des chefs et des présidents de parti au sein du Bloc québécois. Selon lui, le parti aurait eu de la difficulté à faire élire un député sans l’arrivée de M. Blanchet à la direction. Mais il faut aussi considérer l’apport d’Yves Perron dans la renaissance du parti à un moment où on ne donnait pas cher de la peau de la formation politique. Il y a environ 18 mois, le parti était plongé dans une sérieuse tourmente: la direction de Martine Ouellet était contestée par de nombreuses associations politiques, mais des députés et des associations lui restaient fidèles. Huit des 10 députés ont claqué la porte. Mme Ouellet a finalement quitté la direction du parti et le travail de réunification commençait pour le parti présidé par Yves Perron, élu lundi soir député de Berthier-Maskinongé.

Lire le texte complet du Nouvelliste du 23 octobre 2019.